Découvrez le guide : Tout savoir sur la micronutrition

Une page va s'ouvrir, il vous suffit d’introduire votre prénom et votre adresse email pour recevoir ce guide

Les chercheurs ont lié l’utilisation de multivitamines pendant la grossesse avec un risque plus faible de l’autisme chez les enfants.

Grossesse

Le risque d’autisme peut être réduit chez les enfants dont les mères utilisent des multivitamines pendant la grossesse. C’est la conclusion de nouvelles recherches publiées dans The BMJ .

Brian K. Lee, coauteur de l’étude, de l’école de santé publique Dornsife de l’Université Drexel à Philadelphie, Pennsylvanie, et ses collègues disent que leur étude est seulement observationnelle, mais que les résultats suggèrent que l’utilisation prénatale de vitamine pour la prévention de l’ autisme devrait être étudiée .

L’autisme – également connu sous le nom de trouble du spectre autistique (TSA) – se réfère à un certain nombre de conditions affectant le développement, ce qui entraîne des problèmes avec les compétences sociales, la communication et le comportement. Les personnes autistes peuvent également avoir des déficiences intellectuelles, telles que des problèmes de réflexion et d’apprentissage.

autisme

Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), environ 1 sur 68 enfants aux États-Unis vivent avec l’autisme, contre 1 sur 150 en 2002.

Un certain nombre d’études ont suggéré que le régime alimentaire d’une mère pendant la grossesse peut influencer le risque d’autisme chez leur progéniture. Une étude publiée en 2013, par exemple, a suggéré que les femmes qui avaient des apports plus élevés en acides gras oméga-3 et oméga-6 pendant la grossesse étaient environ un tiers moins susceptibles d’avoir des enfants autistes.

La nouvelle étude de Lee et de l’équipe s’appuie sur ces résultats, après avoir constaté que l’utilisation de multivitamines pendant la grossesse peut être liée à un risque réduit d’autisme chez les enfants.

La recherche a porté sur 273 107 mères et enfants identifiées dans un registre de population en Suède. Les enfants sont nés entre 1996 et 2007 et ont été suivis jusqu’en 2011, quand ils avaient entre 4 et 15 ans.

L’utilisation de suppléments des mères lors de leur première visite prénatale a été évaluée, et elles ont été attribuées à l’un des six groupes suivants: suppléments de fer seulement; suppléments d’ acide folique seulement, suppléments de fer et d’acide folique; multivitamines seulement, multivitamines avec du fer; et des multivitamines avec de l’acide folique.

Les données sur le diagnostic de l’autisme chez les descendants ont été recueillies à l’aide de registres de santé informatisés en Suède.

Les chercheurs ont découvert que les enfants nés de mères qui prenaient des multivitamines pendant la grossesse – avec ou sans supplément de fer ou d’acide folique – étaient moins susceptibles d’avoir un autisme avec déficience intellectuelle, comparativement aux mères qui n’utilisaient pas ces suppléments.

Multivitamines

L’équipe note qu’il n’y avait pas de lien constant entre l’utilisation d’acide folique, de suppléments de fer ou les deux pendant la grossesse et un risque plus faible d’autisme chez les enfants.

Parce que cette étude est purement observationnelle, les chercheurs disent qu’ils sont incapables de prouver la cause et l’effet entre l’utilisation de multivitamines pendant la grossesse et la réduction du risque d’autisme chez les enfants.

« Compte tenu de la compréhension actuelle et de la solidité des preuves qui soutiennent l’importance de la supplémentation nutritionnelle pendant la grossesse, » disent-ils, « ces résultats en eux-mêmes ne devraient pas changer la pratique actuelle. »

Les chercheurs soulignent également certaines limites de l’étude. Par exemple, ils n’ont pas été en mesure d’évaluer les changements apportés à l’utilisation des suppléments chez les mères après leur première visite prénatale. « Il est possible que le complément rapporté n’ait pas été pris, ou qu’un supplément ait été pris mais non rapporté », notent-ils.

Néanmoins, l’équipe estime que ses résultats justifient une enquête plus approfondie. Les auteurs concluent:

« La supplémentation multivitaminique chez la mère pendant la grossesse peut être inversement associée au TSA avec déficience intellectuelle chez la progéniture et il est recommandé de poursuivre l’examen de la nutrition maternelle et de son rôle dans la cause de l’autisme.


Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.